Igit continue ses tours de magie musicale

Igit revient avec un second EP intitulé Les Voiles, le premier après sa participation remarquée à The Voice France. L’occasion de continuer la découverte d’un artiste hors-norme et à la voix inimitable. Un coup de coeur aujourd’hui dans les bacs.

Igit, sous ce nom mystérieux, faisant penser à un apache, un ours mal léché peut-être aussi, se cache celui qui m’a donné quelques-unes des plus belles émotions de la saison passée de The Voice. Un gars qui en plus d’une des plus belles voix (bien plus que celle très commune de Kendji) avait un univers fort, palpable et tellement original. Et la réinvention des plus grands, de Brel (forcément) à Ray Charles en passant à Nina Simone. Même Julio Iglesias mêlé à Arno pour Pauvre Diable. Un artiste complet et accompli à qui il ne manquait sans doute plus que la rencontre d’un (large) public.

Et quel bonheur, il y a quelques mois d’entendre le retour de ce petit monstre sacré qu’est Igit, avec l’étonnant single Courir. Calme et tempéré, intense surtout. Entêtant pour des raisons autres que commercialement étudiées. Et ces paroles férues de beaux jeux de mots, d’associations hautement poétiques et d’images provoquées. Non, on n’avait pas perdu Igit, mais on venait de le retrouver au top niveau. Investi. Ce clip ne faisait qu’annoncer la parution de ce deuxième EP Les Voiles, dont les deux-tiers sont en français, après un premier EP entièrement en anglais et plus folk, Like angels do. Le deuxième extrait est Je suis libre, empreinte d’une énorme et indiscutable filiation à Brel (bien plus que Stromae).

Une chanson intense que chasse Igit façon cowboy sur les prémisses de Dance, avant de s’envoler et de devenir en effet un blues dansant entraînant. On ne peut que souligner la maîtrise parfaite avec laquelle Igit passe d’un genre à l’autre, quand il ne les mêle pas. Puisqu’on vous dit que c’est un magicien! Des mots, de la musique (avec ses comparses Hugo Zanghi er Paul Amboise), de la scène aussi (pour ce qu’il a pu nous en montrer sur The Voice).

Et quand il nous lâche de sa belle Dance, ce n’est que pour mieux nous entraîner, nous plonger, nous baigner dans Ces océans immenses presque parlé et fort en percussions. S’ensuit un dialogue, comme les plus grands, avec sa solitude, un rien plus électro. Avant de laisser la galette se refermer de bien belle manière en anglais et en folk avec Miss Missing You. Pour la millième fois, on se dit: « Mais quelle voix!« . Igit a encore tout à gagner, surtout une chance nettement méritée. Laissez-vous conquérir, nous s’est fait, et de quelle manière! Le trentenaire originaire de l’Oise a, en tout cas, une belle voie à tracer!

Page Facebook: Igit

Les Voiles, Igit, Universal, disponible sur Itunes, Deezer et autres

Tags from the story
Written By

Cultureux vorace et journaliste avide, je me promène entre découvertes et valeurs sûres, le plus souvent entre cinéma, musique et bandes dessinées mais tout est susceptible d'attirer mon attention :)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *