Jonathan Strange & Mr Norrell

Tiré du roman éponyme de l’auteure britannique Susanna Clarke, cette mini-série de sept épisodes est produite par la BBC. En deux mot : élégante et  so british.

Premier et seul roman de l’auteure, Clarke mit dix ans à l’achever. Cherchant un éditeur en 2003, ce sont les Editions Bloomsbury, fortes du succès de Harry Potter, qui acceptèrent de la publier. Avant même la sortie du livre, 250 000 copies de l’édition avaient été imprimées et les négociations pour sa traduction en dix-sept langues différentes avaient été entreprises. Dès 2004, une adaptation au cinéma avait été signée avec New Line Cinema mais la fusion avec Warner Bros enterra le projet.

6

Dans l’Angleterre des guerres napoléoniennes, le dernier vrai magicien, Gilbert Norrell (Eddie Marsan), se rend à Londres, accompagné de son majordome (Enzo Cilenti), pour offrir ses services à la Cour et aux Lords. Il y fera la connaissance du jeune Jonathan Strange (Bertie Carvel). Ensemble, ils parviennent à éblouir l’Europe de leurs exploits. Mais une erreur de Mr Norrell les amènera à affronter un redoutable adversaire et à subir les douloureuses épreuves que sa folie leur infligera. Strange sera, quant à lui, attiré par l’héritage mystique de John Uskglass, dit Le Roi Corbeau

3

Préférant s’appuyer sur un excellent jeu d’acteur, des costumes et décors magnifiques, la série n’abuse pas vraiment d’effets spéciaux outranciers. Pas de « magie » inutile, le principal intérêt de l’histoire réside dans son côté uchronique. Nous sommes plongés dans une Angleterre historique début 1800 que la fiction rattrape peu à peu, notamment avec l’introduction de ce Roi Corbeau, roi-mage anglais, disparu mystérieusement 300 ans auparavant, emportant avec lui toute la magie présente dans le pays. Et, surtout, la réapparition de cette « fée » sombre et égoïste invoquée innocemment par Gilbert Norrell …

5

Mais cette magie est-elle vraiment au centre du récit ? Ne serait-ce pas plutôt la folie, la cupidité, l’amour, la curiosité et la peur des protagonistes ? La difficulté, finalement, fut d’adapter un livre de 1000 pages, denses, et cela se ressent dans les ellipses entre chacun des épisodes.

Une – courte – série à ne pas manquer. Le charisme des acteurs et la beauté graphique sauront vous envoûter. C’est une promesse !

Written By

Je suis un des prototypes personnels de Dieu. Un mutant à l'énergie dense, jamais conçu pour la production en série. Trop bizarre pour vivre et trop rare pour mourir. --Las Vegas Parano

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *