Juliette Lewis, la Rebel Queen du Rock!

Après plusieurs années sans concert (le dernier en France date de 2010 à La Flèche d’Or), l’actrice et chanteuse Juliette Lewis est de retour pour une tournée à travers toute l’Europe avec son groupe Juliette & The Licks. Le vendredi 29 avril 2016, la « Rebel Queen » était au Trabendo à Paris avant de fouler les scènes de Londres, Stuttgart, Stockholm, Fribourg, Vienne ou Lyon.

Formé en 2003, Juliette & The Licks,  c’est du « post rock n roll love punk pop! » (d’après sa leader): un concentré de punk-rock foutraque, un mélange super musclé de riffs ciselés, de grosses rythmiques, un ensemble explosif et détonant à l’image de l’énergie survoltée et des prestations transe-scéniques de sa leader. 

Un groupe à découvrir absolument sur scène pour la « soul » déchirante (entre la voix d’une Janis Joplin ou d’une Amy Winehouse) et l’univers atypique de sa chanteuse extraterrestre et ses « Licks » (on vous laisse traduire).

Ce qui ne devait être qu’une « respiration » dans la carrière cinématographique de l’actrice est désormais devenu une passion à plein temps car Juliette Lewis, fausse fragile et vraie barrée, a le rock dans les veines! Si on avait annoncé la fin du groupe en 2009, c’est après une pause et un 4ème album, que Juliette & The Licks sont de retour et cette fois, le batteur n’est autre que Brad Wilk, ancien membre (et boyfriend de Miss Lewis) de Rage Against The Machine, la classe ! Son deuxième album Four On The Floor en 2006 se payait déjà le luxe d’avoir Dave Grohl du groupe Nirvana à la batterie.

Artiste hollywoodienne hors norme, souvent qualifiée d’atypique en raison de ses rôles au cinéma souvent ambivalents et borderlines (Les Nerfs à Vif, Tueurs NésKalifornia, Une Nuit en Enfer ou Strange Days), Juliette Lewis semble enfin trouver sa place en reine de la scène rock indé et personne ne l’arrêtera…

Pour faire passer le message, la chanteuse rebelle affiche fièrement sur scène (sur sa batterie) une photo judiciaire, datée de 1989, prise lorsqu’elle a été arrêté à l’âge de 15 ans pour avoir fréquenté une boîte de nuit interdite aux mineurs. On raconte que le fameux cliché est affiché en grand dans le salon de sa villa.

De Sticky Honey à Hot Kiss, You’re speaking My Language ou Hello Hero (son nouveau single), la musique de Miss Lewis sont des voyages en terre inconnue (en référence à son album Terra Incognita).

Pour finir de percer le mystère de cette artiste exceptionnelle, un documentaire lui a été récemment consacré. Dans Hard Lovin’ Woman (titre d’une chanson écrite par Juliette en 2009), on découvre ainsi pourquoi elle a décidé d’abandonner sa carrière d’actrice pour la musique… Mad Love for Juliette !

Written By

Atteinte de cinéphilie aiguë, Lorraine Lambinet, fille de projectionniste, a passé son enfance dans les salles obscures. Titulaire d'une Maîtrise Arts du Spectacle et Écrits Cinématographiques, elle a touché à tous les domaines du 7ème Art aussi bien à la programmation (Festival Quais du Polar, Courts du Polar), l'exploitation (Projectionniste), la réalisation (Assistante réalisatrice) ou la production (Assistante de production long-métrage ). Aujourd'hui, elle est Directrice d'un cinéma en région parisienne.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *