La Taverne d’Arenberg

Connaissez-vous Rebecq ?

Située dans le Brabant Wallon et traversée par la Senne, cette commune wallonne était autrefois connue pour ses mines de porphyre, ses bières mais surtout pour ses moulins et les productions qui y en découlaient. Divers nobles d’importance ont également tenu leur cour dans ce village cossu et verdoyant. Bien que calqué sur le fuseau de l’heure moderne, Rebecq garde encore aujourd’hui des traces de ce lointain passé : il reste encore un « petit moulin » en activité tandis que ceux qui ont survécu ont été réaffectés à d’autres services comme la restauration. Cela tombe bien, c’est le domaine de la Taverne d’Arenberg.

Véritable institution du village, ce restaurant, récemment repris, accueille ses clients dans un cadre résolument rustique (sans être démodé pour autant !) et à l’ambiance chaleureuse. Une atmosphère qui sied très bien au personnel, enjoué et à l’écoute. Et c’est très bien ainsi.

La cuisine est d’ailleurs à cette image : simple et généreuse. A ceci près peut-être que simple ne signifie aucunement basique. Certes, on retrouve sur la carte des classiques incontournables en pâtes, poissons ou viandes. Mais atout non négligeable, on y retrouve également des plats, boissons ou préparations beaucoup plus spécifiques et de surcroît estampillés « local », à l’instar par exemple des carbonnades à la Barbar brune (à tester lors d’une prochaine visite, NDLR).

Pour ma part, vu la chaleur du jour, j’ai préféré me tourner vers les suggestions et ai choisi de déguster le tartare de bœuf à l’italienne.

Tartare Arenberg

La photo ne rend pas justice à cette assiette très fournie (mais il est difficile durant un repas de famille animé de se concentrer pour prendre un cliché exemplaire). Pourtant, elle était délicieuse : le tartare est en effet façonné et assaisonné de façon remarquable (avec un petit coup de cœur pour les grains de poivre qui croquent au milieu de la « finesse » de la viande). Le plat s’accommode très bien de sa salade vinaigrée et d’une Barbar blonde en guise de boisson (quitte à consommer local, autant se faire plaisir!).

Le clou du repas aura cependant été pour moi le dessert : il s’agissait d’une glace à la vanille (trois boules) accompagnée de cerises confites à la kriek et nappée de bière blanche de Bruxelles.

11857550_10153154626653790_194111823_n

L’ensemble pourrait intriguer au premier abord mais pourtant le résultat vaut vraiment le détour tant le mariage entre le sucré de la glace et l’amertume de la bière est réussi ! C’est aussi une preuve que l’habit ne fait pas le moine et qu’il ne faut pas toujours courir bien loin ou dépenser des fortunes pour dénicher des plats qui, s’ils ne sont peut-être pas d’exception, surprennent tout de même et font rêver…

Je me suis régalé, on s’est régalé plutôt, de l’avis de la tablée et quand le patron passe pour s’enquérir de notre ressenti, on est ravis de ne lui dire que du bien.

Goût, plaisir et ambiance authentique. Voilà comment décrire cette Taverne d’Arenberg, à laquelle, en repensant à ses origines, on a envie de dire… Bon vent !

Taverne d’Arenberg
Rue du Docteur Colson 6, 1430 Rebecq
Réservation au 0471 01 36 27

Tags from the story
Written By

Rédacteur occasionnel sur plein de choses culturelles.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *