La tradition du Lebkuchen

Quiconque connaît un tant soit peu la culture culinaire allemande a sans aucun doute déjà entendu parler du Lebkuchen, le célèbre pain d’épice allemand. Les traditionnels Lebkuchen font leur apparition en Bavière au Moyen-Âge. À l’époque, ce biscuit était considéré comme la friandise bénie des dieux: en effet, ils étaient dénommés « gâteaux au miel », et le miel n’était rien d’autre qu’un cadeau divin permettant de garder la santé et même de repousser les démons. Vous comprendrez donc aisément l’engouement général que suscitait cette petite douceur.

Aussi, les premiers producteurs de Lebkuchen étaient les moines, qui les dégustaient volontiers avec une bonne bière durant le carême. Ils surnommaient à l’époque les Lebkuchen « gâteaux au poivre », le poivre étant pour eux un terme générique désignant les épices exotiques qui leur provenaient d’Extrême-Orient. Ils inséraient ainsi dans la pâte tous ces précieux condiments qui leur étaient encore inconnus : agrumes confits, cardamome, noix de muscade, cannelle, gingembre, coriandre, clous de girofle et évidemment poivre noir.

Lebkuchen2

La ville de Nuremberg était déjà à l’époque considérée comme le bastion du Lebkuchen en raison de sa position commerciale stratégique qui lui permettait d’acheminer par bateaux tous les ingrédients nécessaires à l’élaboration de cette pâtisserie. De plus, les nombreux apiculteurs qui entouraient la ville fournissaient le miel, autre élément incontournable de la recette.

Ce gâteau est entouré d’un certain mysticisme, une légende lui est d’ailleurs consacrée : celle de l’Elisenlebkuchen, littéralement, le pain d’épice d’Élise. Selon la légende, un boulanger spécialiste des Lebkuchen avait une fille, Elisabeth. Veuf, il vouait sa vie entière à sa fille bien aimée. Un jour, Elisabeth tomba gravement malade, tout comme sa mère auparavant. Aucun médecin ne parvenait à lui venir en aide et le boulanger était en proie au désespoir. Grâce à son métier, il était au fait des vertus conférées aux épices orientales. Il prépara donc pour sa fille un Lebkuchen en utilisant exclusivement les ingrédients de grande valeur, délaissant ainsi la farine. Grâce à cette préparation, Elisabeth se remit sur pieds. Nul ne sait si cette légende est fondée, mais une chose est certaine : les Lebkuchen sont un véritable régal et toute l’atmosphère entourant cette confiserie flaire bon la joie de vivre.

Les frères Grimm ont également contribué à la renommée de cette pâtisserie grâce à la célèbre fable d’Hansel et Gretel, deux enfants égarés qui se retrouvent enfermés par une sorcière dans une maison en pain d’épice. Aujourd’hui, ce gâteau est devenu un convive de marque de la période de la Nativité en Allemagne. Durant la période de l’Avent, de splendides versions de cette bâtisse illusoire trônent sur les tables de fête et des biscuits de formes diverses ornent les sapins de Noël.

Tags from the story
Written By

Amoureuse de la culture sous toutes ses coutures.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *