Larcenet, brillant dans la noirceur, adapte avec brio Claudel

Il est incroyable Manu Larcenet! À 45 ans, l’auteur si prolifique propose sa toute première adaptation. Et non des moindres puisqu’il a choisi l’incroyable roman de Philippe Claudel: Le Rapport de Brodeck. Une nouvelle pépite en deux tomes, pour l’auteur de Blast et du Retour à la terre.

Le Rapport de Brodeck - Tome 1 - L'autre - Manu Larcenet - Dargaud - Intro

Dès les premières pages déjà, tout est suggéré, on sait tout du climat dans lequel va baigner cette histoire de dramatique lynchage d’un étranger par un village entier. Le temps est à la post-apocalypse, à l’après-guerre, et Brodeck, revenu d’une abominable déportation, va devoir rédiger un rapport sur la mort de cet Anderer, cet artiste venu se perdre dans ce village de montagne, non loin de la frontière allemande. « Tu vas raconter l’histoire, tu seras le scribe. »

Le Rapport de Brodeck - Tome 1 - L'autre - Manu Larcenet - Dargaud - village

Brodeck a l’habitude des rapports, de ceux qu’il marque sur les arbres à abattre ou sur de brèves notices sur l’état de la forêt, des rivières, des chemins. Brodeck, c’est une espèce de garde-forestier. Et, tout d’un coup, le voilà à devoir, sous la pression, mener l’enquête sur les circonstances de cet Ereignis (« l’événement ») et à côtoyer des hommes malades, sans scrupule, rendu fou par un climat détestable. Entre sa vraie version de l’histoire et l’histoire qu’il écrira, il y a un monde, et Brodeck devra faire un choix entre l’histoire que les assassins ont envie d’entendre et lire, et la réalité.

Le Rapport de Brodeck - Tome 1 - L'autre - Manu Larcenet - Dargaud - fuite

Puissant! C’est sans doute le mot le plus approprié pour caractériser cette oeuvre où la noirceur domine et où la fable est utilisée pour paraphraser une époque incertaine et les égoïsmes et craintes personnelles s’allient en fronde contre l’étranger et la peur qu’il provoque. En utilisant avec bon escient le format à l’italienne et le noir et blanc qui ancre stupeur et effroi de cette histoire, Manu Larcenet adapte avec brio le roman de Philippe Claudel. Cette première partie du Rapport de Brodeck est peu bavarde mais fascine par ses scènes et l’intensité de ses portraits, durs, froids mais humains. Car oui, le diable peut prendre visage humain.

Le Rapport de Brodeck - Tome 1 - L'autre - Manu Larcenet - Dargaud - Planche 14<>Larcenet s’incarne aussi dans ce personnage d’artiste au destin tragique et dont on ne sait encore pas grand-chose. Et en maître de la BD qu’il est, Larcenet trouve encore l’occasion de se renouveler, d’avancer, de s’approprier encore un peu plus son art et ses capacités de représentation. Voilà ce qu’il en dit en interview: « J’ai même acheté des bouquins d’anatomie pour réapprendre à dessiner un corps, un animal, de manière quasi-réaliste. Passer deux ou trois jours sur une case, ça ne m’était jamais arrivé. J’ai abordé l’adaptation sans trucs ni béquilles, il n’y avait pas de place pour l’erreur. J’ai voulu me prouver à moi-même que je pouvais le faire. » L’oeuvre parfaite? En attendant le deuxième tome, Manu Larcenet n’en est pas loin en faisant bien plus qu’un copier-coller en dessin de l’oeuvre littéraire d’origine. Car il y a plus de place pour la représentation que pour la littérature, des planches entières restent muettes… de mots, pas d’évocations et de significations! Et la narration à la première personne ne fait qu’accentuer cette plongée dans la noirceur humain.

Le Rapport de Brodeck - Tome 1 - L'autre - Manu Larcenet - Dargaud - l'étranger

Monde dans lequel la neige apporte, si pas un linceul, un peu de clarté. Monde où se croisent effroyable représentation de la guerre, de ses bourreaux, et représentation au chevet d’une société qui en a appris la peur, même camouflé sous de rudes visages.  Résolument, Larcenet signe une superbe fable au goût de western post-apocalyptique, où le meilleur et les révélations sont encore à venir. Ce n’est pas tous les jours qu’un chef-d’oeuvre romancier en appelle appelle un autre dessiné. Ici, c’est le cas, assurément. Vive Larcenet!

Le Rapport de Brodeck, Tome 1 – L’autre, Manu Larcenet d’après Philippe Claudel, Dargaud, 160p., 22,50€

Tags from the story
Written By

Cultureux vorace et journaliste avide, je me promène entre découvertes et valeurs sûres, le plus souvent entre cinéma, musique et bandes dessinées mais tout est susceptible d'attirer mon attention :)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *