Le Prédicateur, maintenant aussi en BD !

Camilla Läckberg fait partie de ces auteurs qu’il ne faut plus présenter. Romancière suédoise d’à peine quarante ans, elle a acquis une certaine réputation dans le genre policier, prenant systématiquement la petite localité portuaire de Fjällbacka (côte ouest) et ses alentours comme décor pour ses intrigues. Ce ne sont pas moins de neuf romans qui mettent déjà en scène les enquêtes du binôme constitué par Patrik Hedström et sa compagne Erica Falck. Huit sont traduits en français et forment un univers assez noir : La Princesse des glaces, Le Prédicateur, Le Tailleur de pierre, L’Oiseau de mauvais augure, L’Enfant allemand, La Sirène, Le Gardien de phare et La Faiseuse d’anges. Ces histoires policières sombres au rythme haletant se prêtent particulièrement bien à un récit plus visuel, ce qui n’a pas échappé à Casterman qui a édité en 2014 une adaptation en BD de La Princesse des glaces, à laquelle s’adjoint Le Prédicateur, en attendant le tome 3 ! Millenium, adapté depuis 2013 chez Dupuis par Runberg et Homs à partir des romans de Stieg Larsson, ne sera donc pas resté seul longtemps sur ce créneau.

Le Prédicateur - Extrait 1

D’entrée de jeu, tous les personnages sont présentés en une ligne, ce qui peut paraître troublant, mais aiguise la curiosité et, surtout, permet de s’y retrouver plus facilement par la suite parmi ces nombreux visages et les multiples liens, familiaux surtout, qui les unissent. Été 2003, on assiste à une histoire « qui a commencé bien avant », mais qui débute pour le lecteur avec la découverte d’un corps, celui d’une femme, jeune et mutilée. Très vite, l’enquête devient plus sérieuse encore, lorsque sont retrouvés deux autres corps, des squelettes plus exactement, de deux autres jeunes femmes qui avaient été signalées disparues il y a 24 ans. Patrik, enquêteur du coin habité aux conflits de voisinage et qui s’apprêtait à partir en vacances, et sa compagne, Erica, enceinte et extrêmement curieuse et débrouillarde, mènent une enquête qui nous entraînera dans une atmosphère très glauque. On assiste à des scènes de torture ou de viol et à une folie meurtrière qui met d’autant plus mal à l’aise que le contraste avec les jolis dessins, assez innocents, très doux par moments, est saisissant. Des policiers peu efficaces au-delà de ce couple de choc, toute une communauté plongée dans le doute et l’inquiétude, une famille empreinte de tristesse et de noirceur qui cache de lourds secrets, tels sont les ingrédients de cette bande dessinée qui peut, sans aucun problème, se lire indépendamment du premier tome. Le prédicateur, qui soignait les foules et guérissait leurs âmes, à coup de miracles, ou du moins prétendait le faire, n’est plus ; mais subsisterait-il quelque chose de son esprit ?

Le scénariste Olivier Bocquet, à qui l’on doit La Colère de Fantômas (3 tomes, avec Julie Rocheleau), a réussi à construire une trame autonome, qui donne tout son sens à la BD et n’en fait pas une pâle copie du roman, dont il conserve néanmoins l’esprit. L’intrigue est riche et les indices distillés progressivement, tout en faisant le nécessaire pour surprendre le lecteur. La profondeur psychologique des personnages subsiste, ainsi que l’aspect étouffant de l’intrigue, malgré les raccourcis nécessaires pour la faire tenir en à peine une centaine de pages. Quant à la dessinatrice, Léonie Bischoff, également auteure du one shot Hoodoo Darlin’, elle arrive à faire ressentir une palette d’émotions très large au lecteur, entre bonheur et torpeur. Les personnages sont on ne peut plus convaincants et leurs traits reflètent leurs personnalités avec brio, le tout rehaussé par les jolies couleurs nuancées de Sophie Dumas.

Le Prédicateur - Extrait 2

En conclusion, Le Prédicateur est un polar dense et profond, une adaptation de qualité, qui met mal à l’aise, et c’est tout à son honneur. Meilleur que La Princesse des glaces, qui était déjà tout à fait correct, on attend le troisième tome avec impatience !

Le Prédicateur, d’Olivier Bocquet et Léonie Bischoff, Casterman, 128 p., 18 €. ISBN : 2203078332.

Tags from the story
Written By

Je n'aime pas parler de moi. Ce qui ne devrait pas être un problème vu que c'est peu probable que vous vouliez lire sur ce sujet. Par contre, j'aime bien écrire sur tout ce qui suscite ma curiosité, m'amuse ou m'interpelle. Parfois aussi les trucs que j'aime pas, pour vous mettre en garde, ou vous effrayer. Dur à dire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *