L’Open Stream Festival met à l’honneur du 100% belge et bon!

L’été touche tout doucement à sa fin, avec son lot de fraîcheur, de pluie mais aussi un soleil qui n’a pas fini de se montrer. On ne doute pas que ce sera le cas pour donner des couleurs à l’Open Stream Festival, jeune festival qui rivalisera une nouvelle fois « d’identité » belgo-belge pour sa deuxième édition. Car, si les plus gros festivals sont désormais derrière nous, il en reste d’autres à découvrir. Et l’OpenStream Festival d’Hotton en fait partie, et il nous tient à coeur d’en parler d’autant plus qu’il met en affiche des artistes de chez nous. Antoine Chance et My Little Cheap Dictaphone en tête mais aussi plein d’autres pousses qui ne demandent qu’à grandir et s’épanouir.

L’OpenStream Festival d’Hotton se déroulera donc le 12 septembre prochain (ce qui pourrait en faire un bon prélude à nos Fêtes de Wallonie vénérées) dans le cadre propice aux jolis événements de l’Île de l’Oneux. Au menu, que du bon entre des têtes d’affiche très populaires, symboles d’une musique à la belge qui plaît, et des découvertes absolument prometteuses.

Ainsi, le Festival de la Famenne organisé par l’ASBL «Open Source Music» (« motorisée par la passion », avec les 17 groupes et artistes programmés sur plus de 14h, s’adonne aussi au repérage de talents, plus ou moins jeunes, plus ou moins connus (bien souvent en dehors des ondes radiophoniques qui laissent bien plus souvent place au matraquage qu’à un réel engouement à faire découvrir des gens de chez nous.) Armé de deux scènes et d’un espace Kids, l’OpenStream risque bien d’être un nouveau moment de réjouissance.

Voici le programme de Open Stream Festival:

11h30: Ici Baba (sur la Grande Scène)

Emmené par Samir Barris et Catherine De Biasio et assurément parmi les projets pour enfants les plus en vue, Ici Baba propose une balade musicale composée de ritournelles populaires et enfantines. Un spectacle d’Ici Baba, c’est aussi une exploration et découverte de nombreux instruments! L’ensemble dégage une ambiance douce et chaleureuse non dénuée pour autant de rires et de fantaisie…

12h05: Guillaume Ledent (Sur la Scène Découverte)

Riche de plus de 15 années d’expérience dans le monde belge de la musique, Guillaume Ledent revient avec « Dérange ta chambre », un concert remuant pour toute la famille. Les bambins (petits et grands) retrouveront sans peine, dans ces chansons, les péripéties de leur vie quotidienne … histoires rêvées sur un banc d’école, fantômes inventés dans l’obscurité d’une forêt, questions sans cesse posées à des parents trop pressés… ou embarrassés…qui quant à eux, ne rateront pas les clins d’œil généreusement distribués ! Guillaume Ledent convie le public familial intergénérationnel, à un spectacle chaleureux, ébouriffé, et volontiers impertinent.

12h50: The Brack Brothers (Sur la Grande Scène)

Initiales BB. Doit-on encore les présenter? Sans doute beaucoup moins depuis que Florent a gagné The Voice Belgique 2015, rien que ça. De quoi donner un solide coup de chance et de popularité aux « Brack Brothers » composé avec le frérot Lionel à la guitare et d’un ami commun, Kévin, qui assure la partie percussion. Le plus jeune frère accompagne de temps à autre le groupe à la batterie. Un groupe au son folk et rock, revisitant des covers mais aussi des compositions personnelles.

13h45: Karma Nova (Sur la Scène Découverte)

Né d’une jam session en 2013, Karma Nova allie des influences passant de Jimi Hendrix aux Queens of the Stone Age. Le trio s’en émancipe aussi pour distiller un rock gras et groovy fortement teinté de blues… Dispensé sur scène avec une énergie proche de la transe ! Un groupe qui a déjà fait sensas’ lors de la finale du concours Imagine!

14h20: Alouest (sur la Grande Scène)

Groupe de folk-rock et surtout festif, le collectif joue des pôles (position) pour mieux partir Alouest. Composé de huit musiciens, il parvient à faire la part belle aux divers instruments électriques (guitare, basse), folk traditionnel (accordéon diatonique, banjo, guitare acoustique) ou encore festifs (trompette, saxophone, trombone). S’aventurant dans des horizons musicaux variés et influencés par leurs expériences personnelles, le groupe ne se fixe aucune limite: rock, punk, ska, folk, chanson française ou encore valse et musette… Avec la force de s’adapter à n’importe quel lieu de concert: d’une grande scène de festival à un salon, d’un café/concert à une péniche, le groupe se balade inlassablement avec l’envie toujours grandissante d’explorer de nouveaux horizons, qu’ils soient au Nord, au Sud, à l’Est ou Alouest.

15h15: Who’s Mr Groove? (Sur la Scène Découverte)

Prenez cinq Marchois bien frais (deux guitaristes, un bassiste, un batteur et un MC) et placez-les dans une cocotte. Ajoutez de fines lamelles de funk que vous aurez préalablement fait revenir. Parsemez ensuite de hip-hop old school que vous aurez cueilli à l’anglo-saxonne avec une touche de chant qui vient du chœur. Assaisonnez alors avec un peu de rock et de roll selon votre goût. Afin de lier la sauce, versez une bonne dose de groove sur toute la préparation, de façon à ce que tous les ingrédients s’en imprègnent. Faites mijoter pendant 3 ans (temps que vous pouvez consacrer à réécouter vos grands classiques de fusion).Voilà, c’est prêt ! Servez très chaud, voire carrément brûlant ! À consommer sans modération et n’oubliez pas de retenir la recette, elle va faire un tabac!

15h55: Who is Titi? (sur la Grande Scène)

Who is Titi? est un ensemble de musiciens expérimentés souhaitant produire sur scène des reprises et des compositions Funk-Rock des années 70 avec des sons actuels. Il se compose d’une section rythmique guitare-basse-batterie-clavier et d’une section mélodique sax-trompette-trombone, tout ça mené par un chanteur charismatique! Ca fait bouger les têtes et si l’on n’y prend pas garde, on pourrait en avoir des fourmis dans les jambes…

16h45: Cosmic Fm (Sur la Scène Découverte)

Cosmic FM est un groupe formé en février 2012. Il s’agissait à l’origine d’un projet musical conceptuel (du nom générique Cosmic FM), formé autour du batteur Anthony Dupont, qui visait à renforcer les fondements musicaux de chacun des membres. Le nom du projet Cosmic FM a été mis en place sur la thématique de l’infiniment petit dans l’infiniment grand, le FM représentant la première thématique et Cosmic la seconde. Cette métaphore fait référence à ce que leur musique peut représenter dans le monde mais traduit aussi une certaine ambition d’atteindre ses objectifs au travers de leur musique. Le groupe est accompagné par l’ex-batteur de Scorpions Rudy Lenners, excusez du peu!

17h20: Nasty Plan (sur la Grande Scène)

Ce sont les premiers des deux vainqueurs du tremplin de l’OpenStream Festival (plébiscité au Prix du public), il y a quelques mois. Nasty Plan est un groupe brit-rock originaire de Harre. Influencé, entre autres, par Arctic Monkeys, Babyshambles et Franz Ferdinand, le groupe a réellement décollé début 2014 avec la mise en place d’un set constitué entièrement de compositions. La fin de l’année 2014 coïncide avec la sortie de leur premier EP 5 titres. Ne tombant jamais dans l’autosatisfaction, les cinq musiciens sont toujours à la recherche de la perfection. Avec une grosse envie de faire connaître leur musique au plus de monde possible, le groupe espère sillonner les routes de la Wallonie (voire même plus) et enchaîner les concerts en 2015. Leur conquête des scènes wallonnes, belges et mondiales semble bien embarquée.

18h: The Chord Strikers (Sur la Scène Découverte)

Ah, voilà un nom qu’on connait! Et pour cause, c’est peu dire que nous avions été clairement enthousiasmés par leur premier effort discographique: l’EP Moon shall overcome. The Chord Strikers est un groupe de rock belge, né en 2013. Son univers flirte avec les ambiances de groupes et d’artistes aussi variés que King Crimson, Bob Dylan, Pink Floyd, Lou Reed, REM… Ou, plus proches de nous, MGMT, Foxygen, Jonathan Wilson, The Babyshambles et encore Jake Bugg. Ils ont en bagage plusieurs compositions, dont six ont été enregistrées au Studio 5 à Liège. Ils ont aussi squatté les planches de quelques jolies scènes: Wead Festival, Bluebird, la Rotonde du Botanique… Forts d’une belle maturité, les six gars font force de leurs influences couvrant quelques décennies du rock, mais amenant aussi une touche, un regard neuf, une plus-value. Car non, ils sont loin de l’image d’un groupe de covers qui aurait produit ses chansons « originales »; ici, le groupe apporte son style, entre pop et rock, mais dans des genres non arrêtés. Leur leitmotiv? « Que ne durent que les moments doux » (Alain Bashung) !

18h40: Garage Door Trauma (sur la Grande Scène) 

Grand vainqueur du Prix du Jury du Tremplin de l’OpenStream Festival, les cinq membres de Garage Door Trauma n’en finissent pas de charmer depuis la sortie de leur premier EP 6 titres No Recipe en septembre 2013. Garage Door Trauma a fait ainsi voyager ses riffs obscurs mais entêtants et ses mélodies légères mais amères. De nombreuses dates en 2014 permettent au groupe d’imposer son style et d’affirmer sa présence sur scène, parmi lesquelles figurent la Fiesta Du Rock, l’Unifestival, la Fiesta City au Spirit Of 66 de Verviers, ou encore les Dolympiades. Aux fines inspirations sombres des années 80′, Garage Door Trauma prépare un premier album, prévu pour l’automne 2015. Un opus déjà annoncé plus sombre et accrocheur dont quelques morceaux s’échapperont certainement en live à Hotton.

19h35: The Wild Dandies (Sur la Scène Découverte)

Groupe de rock qui ne demande qu’à bouger et… à faire bouger! Wild Dandies, c’est une démocratie musicale où chaque membre apporte sa touche dans un univers mêlant la brit pop au stoner rock se détournant parfois vers d’autres horizons musicaux, pour mieux revenir aux racines. Comme le nom l’indique le Wild se bat constamment avec la classe du Dandy pour donner au groupe un chemin entre deux extrêmes, franchis tour à tour.…

20h15: Antoine Chance (sur la Grande Scène)

Lui aussi, on l’a déjà croisé  avec et sans guitare, et quel bonheur: Antoine Chance, c’est une crème qu’on applique pour oublier les bobos et avoir l’esprit en fête. Bourré de talent, rappelant tantôt Julien Doré, tantôt Dominique Dalcan, mais surtout sa propre personnalité et sa propre originalité, Antoine Chance est un artiste sur lequel il (faut déjà et) faudra compter. Chance, ce n’est pourtant ni un pseudonyme, ni le véritable nom du trentenaire : fils de l’illustre graphiste belge, Antoine Geluck a simplement choisi, sur les conseils du producteur disparu Marc Moulin, de traduire son nom  (en flamand, geluk signifie chance). Cet artiste signé a décidé de mettre le français au service de ses premières amours : la pop et la folk anglaise. Et le pari est réussi grâce à une voix pleine de grain, des textes décalés et poétiques et des mélodies troublantes (Artiste de l’année lors des Octaves de la musique 2015).

21h50: So Mary (Sur la Scène Découverte)

En direct de la région de Namur, So Mary c’est tout un univers de poésies, chantées par une voix charmante, et atypique, orchestrée par un duo de guitares folk-électrique qui ne font qu’une, sur une session rythmique style french pop, le tout agrémenté d’harmonies vocales masculines. Des chansons qui  évoquent la douceur matinale, en passant par des folk songs qui sentent le gazon, la musique de So Mary est résolument optimiste et a le don de transmettre de la bonne humeur.

22h30: MLCD/ My little cheap dictaphone (sur la Grande Scène) 

Après avoir réalisé le pari fou de créer l’album-concept The Tragic Tale Of A Genius, MLCD a récolté au cours des deux dernières années de nombreuses reconnaissances. À peine émergé de son odyssée, MLCD se remet à la composition et s’isole pour de longs mois dans des chalets en pleine nature et dans un Mas en Provence, porté par l’envie se renouveler, de chercher de nouvelles voies, de prendre le contre-pied de Tragic Tale. Le groupe crée d’abord une bande originale pour la pièce Romeo et Juliette d’Yves Beaunesne. Puis les mélodies de The Smoke Behind The Sound naissent, et l’album prend vie, explorant de nouvelles directions, parfois surprenantes. Tout s’éclaire à la rencontre avec le producteur Luuk Cox (Shameboy, Girls in Hawai, Stromae). Il permet à MLCD de révéler sa véritable essence. Enregistré durant six mois, d’abord aux mythiques Studios ICP jusqu’à Abbey Road, Cox donne des ailes au désormais quintet qui vient d’accueillir un nouveau guitariste/claviériste. En résulte un album résolument moderne, où MLCD explore autant les claviers analogiques que les nouvelles technologies, façonnant couche après couche cet album racé et subtil, où chaque détail compte. Ce souci du détail prime également dans l’aspect visuel de ses performances. Pour défendre The Smoke Behind The Sound sur scène, MLCD a fait appel au scénographe Nicolas Oliver (Kiss&Cry de Jaco Van Dormael) et du motion designer Hervé Jungblut, et collabore avec Nicolas Guiot (César et Magritte du meilleur court métrage 2013) pour la réalisation du clip tourmenté de « Fire », tourné pendant une virée nocturne à Londres.

00h05: Eric in the kitchen (Sur la Scène Découverte)

C’est une cuisine qui flotte quelque part dans un petit coin de l’espace. Quelque part, en suspension dans les étoiles. Un beat martial sur le pas de la porte, comme un battement de cœur monotone. En avançant plus loin, les boucles d’arpèges se succèdent et forment une toile éclairée par une constellation lumineuse. Mélangeant son attirance pour les morceaux pop indie avec des choses plus expérimentales, de l’ambient au post-rock en passant par le shoegaze. Les concerts d’Eric in the Kitchen peuvent être très différents les uns des autres, du set acoustique intimiste au concert postrock noisy en passant par toutes sortes de formules hybrides…

00h40: Dj Joss (sur la Grande Scène)

Enfant de la soul music, Joss Mendosah mêle différentes cultures musicales dans son univers… Et le cocktail est explosif ! DJ Joss développe un nouveau concept en mélangeant toutes ses influences musicales dans une véritable performance live unique qui lui donne la possibilité de se produire tout autour du monde… Il chante, compose, remixes, grattage … Un artiste complet!

Le tout dans un fameux cadre où chacun trouvera sa place. Bref, l’Open Stream Festival n’est résolument pas de ces festivals à groupies venues pour l’un ou l’autre grand nom. Non, ici, n’ayez crainte, venez et, surtout découvrez!

PAF: En prévente: 15€ pour les adultes (jusqu’au mercredi 9 septembre à minuit dans tous les Night&Day ou sur le site)

Sur place: 20€ pour les adultes et 3€ (tarif unique) pour les enfants de 3 à 15 ans

Infos pratiques de l’Open Stream Festival sur le sitel’événement Facebook, ou sur la page Facebook de l’OpenStream

Tags from the story
Written By

Cultureux vorace et journaliste avide, je me promène entre découvertes et valeurs sûres, le plus souvent entre cinéma, musique et bandes dessinées mais tout est susceptible d'attirer mon attention :)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *