Lumière Noire : une rencontre entre bizarreries célestes et radio pirate sous forme de fiction audio

La grande époque classique de la radio libre, avec tout ce qu’elle comportait d’audacieux, de surprenant dans ses approches et ses contenus sans cadre trop défini, où la parole était réellement ouverte, sans trop de barrière était un réservoir de création. Elle était souvent l’initiative d’amateurs qui décidaient d’émettre seul ou à plusieurs avec les moyens du bord. On compte bien sûr des radios libres encore aujourd’hui. On peut citer par exemple Radio Panik ou Radio Campus.

C’est à tout cet univers que Mehdi Bayad a voulu rendre hommage, par une fiction sonore teintée, comme il la présente lui-même, d’accents « SF ». Et en allant plus loin : la radio pirate, illégale.

Radio vintage © D.R.

Nous voici plongés dans cet univers. À l’antenne, le présentateur semble détendu, loin des chichis de la radio conventionnelle et de son cadre restrictif. Il est chez lui et ouvre le courrier de ses auditeurs. L’un n’a pas écrit son nom, l’autre lui révèle avoir tué son compagnon. Et puis, il y a toutes ces lumières dans le ciel que plusieurs auditeurs ont signalé remarquer, ce soir. Ça les a troublés, dérangés. Le présentateur va suivre cette affaire, à l’antenne. Il va parler d’une rencontre d’une fille membre de « Lumière noire », un réseau d’activiste antisystème, anti-autoritaire.

Les auditeurs écrivent directement à lui, Mehdi, personnage qui porte le nom de l’auteur, certainement pas par hasard ! Cela donne une touche de réalisme, et un aspect underground, où on imagine l’animateur radio, dans un hangar ou un open-space vide, seul avec son matériel, qui ouvre les courriers à la suite. Les courriers sont en papier. Les alertes se multiplient, à commencer celle d’un certain Luc. Et les lettres noires qui arrivent fréquemment nous exposent une réalité lugubre et étrange jusqu’à la fin.

N’en disons pas trop ! Laissons les auditeurs découvrir le tout, ces douze épisodes en cliquant sur ce site.

Une chose est certaine, ça vaut le détour !

Quelques mots sur l’auteur…

Mehdi Bayad est un artiste de la scène bruxelloise aux multiples facettes. On l’a vu récemment être le co-auteur avec Myriam Leroy et Albert Maisel d’une pièce au Théâtre de la Toison d’Or nommée « Sisters« , une pièce faisant le point de façon originale sur la place des femmes dans les trois religions du livre.

Mehdi Bayad, auteur de la fiction audio Lumière Noire © D.R.

Et il ne s’arrête pas là ! Il a commencé comme attaché de communication et chargé de communication sur plusieurs continents, puisqu’il a été au Sénégal, au Luxembourg, en France et en Belgique, avant de plonger, en parallèle, dans la création. À son actif, il a des fictions et des documentaires dont il est l’auteur. Les documentaires (une vingtaine !) ont été réalisés pour raconter et mettre en images des initiatives humanitaires tant en Afrique qu’en Asie ou au Proche-Orient… ou encore pour raconter sous forme de podcasts ce qui fait résonner un pays, avec ses sons et ses ambiances.

En fiction, on lui doit Dipsomanie sélectionnée au UK International Radio Drama Festival ou Nuit Blanche, un feuilleton de 10 épisodes qui plonge l’auditeur dans un Bruxelles en plein chaos diffusé en France et en Belgique. Un CV non négligeable !

Written By

Ancien étudiant en Sciences Politiques (ULB) Entre 2014 et 2016, gérant de L'étrier asbl. Depuis août 2016, président de Clap Culture, association désirant promouvoir la culture à travers les nouvelles créations, l'esprit citoyen et la conscience des enjeux de société à travers elle. Organisateur d'événements (Festival Mini-Classiques pour donner de la visibilité aux jeunes musiciens des différents Conservatoires ou d'ailleurs), journaliste, Réalisateur d'un projet radio de fiction "Les Pieds de l'Iris", suite d'histoires rocambolesques aux personnages à la trempe décalée sur fond de quartiers bruxellois.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.