Ma main & Dis, le loup…

Ma main est la traduction française d’un joli album du japonais Satoshi Kitamura, qui s’adresse aux enfants de un à deux ans. Auteur jeunesse expérimenté, on lui doit notamment L’oiseau qui ne savait pas chanter et Moi et mon chat ? Paru fin octobre 2015, ce petit album fait la part belle au toucher. Au centre de l’histoire, une main, celle de l’enfant, et un chat qui en est la « victime ». La main peut faire prendre conscience à l’enfant du fait que son corps lui permet d’interagir avec ce qui l’entoure. Elle permet de « pousser », de « tirer », de « caresser », de « chatouiller », etc. La voir à l’œuvre, et pouvoir accompagner le geste, permet à l’enfant de réellement interagir avec le livre et sa mise en scène donne un résultat assez mignon, mais aussi réaliste, de l’ordre du possible et concret.

Extrait - Ma main

Les gros plans sur la main de l’enfant (que l’on voit d’ailleurs très peu en entier) accroissent encore plus pour l’enfant l’impression de l’incarner lui-même, ainsi que le côté tactile de l’histoire. L’enfant se familiarise à ces (et ses) gestes, les découvre, les répète, s’en amuse et s’en étonne. L’adulte a un rôle à jouer pour lui faire voir et entendre ce qui se passe dans le livre, l’amener à l’exécuter, lui montrer les gestes, le solliciter pour qu’il puisse le faire à son tour, etc. Les quelques petites phrases qui forment le texte sont assez simples et laconiques, ce qui nécessite également que l’adulte développe l’histoire en la racontant et se montre expressif afin d’impliquer le plus possible l’enfant. Le livre, imprimé sur un papier épais, est parsemé de touches d’humour qui amuseront les tout-petits et feront sourire les plus grands. Les couleurs, chaleureuses et vives, sont différentes d’une page à l’autre, ce qui participe de la création d’autant d’ambiances. Les dessins attirent l’attention et occupent largement les pages, tandis que les espaces vides qui les entourent sont « habillés » par des formes et des symboles colorés qui les remplissent et les mettent en mouvement. Au final, Ma main est un album réussi qui permet de passer des moments joyeux et complices.

Ma main, de Satoshi Kitamura, publié par Gallimard Jeunesse, 28 p., 13 €. ISBN : 9782070665686.

Quant à Dis, le loup…, il s’agit d’un album pour les enfants de deux-trois ans, qui revisite les histoires qui impliquent traditionnellement un grand méchant loup. On y voit un loup, répondant au doux nom de Garou (!), rentrer chez lui, muni d’un sac à provisions bien rempli. Sur son chemin, il croise plusieurs animaux qui craignent de finir dans son assiette et s’inquiètent de ses intentions, tout comme le Petit Chaperon rouge. Mais pas d’inquiétude – et c’est là que se trouve l’originalité de cette histoire – Garou a beau être un loup, il n’est pas un grand méchant. Il ne souhaite dévorer personne, juste rentrer chez lui se cuisiner un bon potage aux légumes et, pourquoi pas, se faire des amis, en en partageant quelques bols. Ce court album permet de dédramatiser le personnage, de le présenter sous des traits plus positifs, ceux d’un loup gentil et partageur, qui pense aux autres et ne fait de mal à personne. Rassurant et convivial, il a l’air rigolo et gentil, ce qui tranche avec le loup qui, dans les autres contes et histoires, est généralement bien décidé à s’imposer violemment.

Extrait - Dis, le loup...

Il y a un certain suspense pour les enfants, comme pour les personnages, tous intrigués par ce que le loup porte dans son sac, au fil des pages, sans que l’on puisse en deviner le contenu. Au contraire, on s’attend de plus en plus à ce qu’il mange tout le monde et se fasse un bon barbecue, mais c’était sans compter sur le fait qu’il ne faut pas se fier aux apparences ! Rassurante et bienveillante, l’intrigue conviendra à tous les enfants et plaira particulièrement à ceux qui s’inquiètent de l’effroyable grand méchant loup. Elle permettra aussi des discussions entre l’enfant et l’adulte sur, par exemple, le second degré, les allusions au déroulement habituel de l’histoire ou les craintes et peurs de l’enfant. Au niveau graphique, chaque plan s’étend sur deux pages, ce qui permet de développer les décors et de ne pas se contenter des seuls personnages. Le texte est écrit en petit, dans l’idée qu’il sera lu par les adultes, mais aurait sans doute pu être rendu plus attrayant, sans que ce soit un problème pour autant. Les dessins sont vraiment chouettes, les couleurs sont vives et les personnages ont des traits expressifs qui les rendent assez attachants. Le tout a une identité graphique assez originale, qui représente par exemple certains arbres ou collines de façon colorée plutôt que réaliste, ce qui n’empêche pas pour autant de bien comprendre de quoi il s’agit. Pour toutes ces raisons, et parce qu’il propose une histoire compréhensible par les petits bien que composée de plusieurs couches de narration, Dis, le loup… vaut vraiment le détour !

Dis, le loup…, de Juliette Parachini-Deny et Thierry Manes, publié par Langue au Chat (collection « Chatouille »), 8,95 € (France), 9,90 € (Belgique). ISBN : 978-2-806-30622-7.

Written By

Je n'aime pas parler de moi. Ce qui ne devrait pas être un problème vu que c'est peu probable que vous vouliez lire sur ce sujet. Par contre, j'aime bien écrire sur tout ce qui suscite ma curiosité, m'amuse ou m'interpelle. Parfois aussi les trucs que j'aime pas, pour vous mettre en garde, ou vous effrayer. Dur à dire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *