Mini-Classiques, un soutien aux jeunes musiciens

Des saxos en bande, du Tango à deux guitares, et des histoires contées sur les planches avec violoncelles, c’est ça les Mini-Classiques… une variété musicale pour le plaisir de tous !

Dans la bulle culturelle…

On le constate chaque jour, les initiatives culturelles et les événements qui en découlent, et la création de nouvelles formes de savoir-faire artistique abondent à Bruxelles comme partout en Belgique.

C’est vrai que la culture est le parent pauvre des restrictions budgétaires, celui qu’on sacrifie car « il ne rapporte rien » directement en termes de rentrées financières… mais cela ne fait pas de lui un être en voie de disparition ! Il en faut beaucoup plus pour l’éteindre !

Quand on ouvre la porte de ce grand mot qu’est « Culture », ou même « Culture Bruxelloise », il y a une masse non quantifiable de manifestations. Y en a des petites, y en a des importantes. Des subventionnées, d’autres pas. Certaines organisées par des structures réputées, mais la plupart venant d’associations de personnes de moindre taille. Et ça, ça grouille. Les Mini-Classiques, par exemple. Vous connaissez ? Peut-être bien ! Penchons-nous un peu là-dessus…

mini-classiques logo

Le concept

Les Mini-Classiques, c’est une des gouttes de la vague de ces initiatives culturelles. Les Mini-Classiques sont nés en mars 2015 à Bruxelles avec la première édition de leur Festival. L’objectif de l’organisateur (L’étrier asbl) était simple, dans l’idée de départ : donner une visibilité plus large à des jeunes étudiants des différents Conservatoires de Belgique ou à des artistes confirmés et leur permettre de montrer leur savoir-faire personnel ou de groupe devant public. Il y a beaucoup de talents dissimulés à droite à gauche, a rappelé l’organisateur lors de son passage sur les ondes de la RTBF, et les Mini-Classiques se sont donné comme point de mire de pallier cela à leur échelle, dans un domaine pas forcément facile d’accès.

Plusieurs fois dans l’année, des concerts sont organisés, avec autant d’affiches diverses et originales. Au cours de l’année 2015, il y en a eu cinq. De mars à décembre, une panoplie éclectique d’artistes a foulé les planches du Théâtre de la Clarencière, une petite salle « comme chez soi » d’Ixelles située à deux minutes à pieds de la Place Flagey, où il fait bon se rendre pour découvrir de nouveaux talents. Sur les planches, on a vu sept saxophones, une harpe avec des violons, quatre violoncelles au programme positivement surprenant, des guitaristes de Tango, des violonistes conteurs, entre autres. De quoi satisfaire les oreilles de chacun !

Pourquoi « Mini » et pas « Maxi » ? Bonne question! La réponse est simple : le but des concerts est de privilégier la qualité des prestations sur la quantité des gens du publics. En tant que petite structure, L’étrier a opté pour l’offre de spectacles surprenants et mémorables à terme dans l’esprit des gens présents, des médias et des soutiens afin qu’ils reviennent aux prochaines éditions.

duo paseo

Les soutiens

Plusieurs organisations et personnes ont sans attendre soutenu l’initiative. Dès sa première édition, le Rotary Club de Bruxelles s’est porté garant d’une aide de visibilité et d’apport de réseaux fort utiles pour chaque événement. Son président s’est déplacé plusieurs fois sur place pour y assister.

Plusieurs professeurs du Conservatoire de Bruxelles ont fait de même. L’étrier asbl a de quoi être confiante pour assurer de prochains concerts, à l’évidence.

Concernant la diffusion, un relais non négligeable a été assuré pour cette récente initiative. Musiq’Académies (interview sur Musiq3 (RTBF)), L’affiche (interview sur TéléBruxelles – actuellement BX1), Ixelles Mag et Les Feux de la Rampe (blog de Roger Simons) ont à plusieurs reprises annoncé les concerts et festivals, en soulignant l’utilité d’un soutien des jeunes des Conservatoires, qui parfois « rament » pour se produire ici ou là.

Demain…

Les Mini-Classiques n’ont qu’un an et des Concerts et Festivals seront organisés dans les mois qui viennent. L’avenir est à construire, mais les organisateurs ne semblent pas douter des jeunes musiciens et entendent poursuivre dans la voie qu’ils ont tracée et qui a ouvert à une vingtaine de musiciens des portes et des contacts de presse qu’ils n’auraient peut-être pas connu par d’autres biais. Une chose est sûre, les Mini-Classiques, ça vaut le détour ! Alors… Suivons ça de près !

Tags from the story
,
Written By

Ancien étudiant en Sciences Politiques (ULB) Entre 2014 et 2016, gérant de L'étrier asbl. Depuis août 2016, président de Clap Culture, association désirant promouvoir la culture à travers les nouvelles créations, l'esprit citoyen et la conscience des enjeux de société à travers elle. Organisateur d'événements (Festival Mini-Classiques pour donner de la visibilité aux jeunes musiciens des différents Conservatoires ou d'ailleurs), journaliste, Réalisateur d'un projet radio de fiction "Les Pieds de l'Iris", suite d'histoires rocambolesques aux personnages à la trempe décalée sur fond de quartiers bruxellois.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *