Mø à l’Ancienne Belgique

Chaque semaine, Laura vous propose une découverte musicale féminine qu’elle trouve badass, qui a trop le swagg, qui déchire. Bref, une chouette artiste quoi.

Cela trottait dans ma tête depuis un petit temps, je me suis enfin décidée à écrire une chronique musicale hebdomadaire sur les artistes féminines qui accompagnent mes journées. Pourquoi des femmes ? Car ce sont elles qui constituent la grande majorité de mes playlists et que je prends le plus de plaisir à écouter. 

Je n’ai nullement la prétention d’étendre ma culture musicale. J’en ai tellement pas que je déprime à chaque fois de mon ignorance lorsque je pose mes yeux sur le line-up des festivals (coucou Dour) ou sur les articles vantant le dernier artiste underground/en vogue.  Il n’empêche, nombreuses sont les artistes que j’ai découvertes en lisant la programmation des salles de concerts ou en cliquant sur les suggestions internet. Un nom accrocheur, une belle photo, un peu d’ouverture/patience. Il en faut peu pour découvrir des chanteurs/ses.

Du coup, je me suis dit que j’allais partager avec vous quelques artistes « coup de coeur » plus ou moins connues que je trouve audacieuses que ce soit par leur musique, leur prestance, leur engagement ou leur style.

Inaugurons la série avec une artiste récemment passée à l’Ancienne Belgique : Mø.

D’où elle sort ?

C’est grâce aux suggestions de YouTube que j’ai connu Mø. C’est le clip de sa chanson Waste of a time qui m’a donné envie d’en savoir plus sur le travail de cette jeune artiste danoise.

Qui ?

Mø, de son vrai nom Karen Marie Ørsted, est une chanteuse/compositrice danoise de 28 ans. Active depuis 2012, elle sort son premier album No mythologies to follow en 2014 avec l’aide du DJ Diplo (Major Lazer) qui remarque très vite son talent. L’album est assez bien accueilli par la critique et très vite, Mø se fait une petite place sur la scène électro-pop européenne. La consécration mondiale vient lorsqu’elle pose sa voix sur le méga tube planétaire Leon On de…Major Lazer. Ne levez pas les yeux au ciel, je sais que vous avez FORCÉMENT dansé dessus lors de l’été 2015. 

Ferme ces jambes, Mø !

Sa musique ?

Autant le dire d’emblée, No Mythologies to follow ne marque pas dès sa première écoute. Il fait partie de ces albums que vous écoutez en fond sonore et qui, au fil des écoutes Deezer, accrochent vos oreilles. C’est que l’album sous ses faux airs d’indie/pop/électro est plus complexe qu’il n’y paraît et ses chansons défilent comme une évidence, trahissant un petit manque d’originalité. Ceci dit, la voix plaintive de Mø est enivrante sur ses mélodies tantôt solaires et rythmées, tantôt mélancoliques et lancinantes.
Les clips, un peu naïfs et à l’esthétique épurée bien nordique ajoutent du charme à Mø et à son style faussement négligé. Il faut bien l’avouer, je la trouve attachante dans sa « bizarrerie ». Une hipster donc, mais avec une vraie patte d’artiste.

Et en concert ?

Lundi 03 octobre. C’est face à une AB complète que Mø fait l’unique date belge de sa tournée mondiale. Dans la foule, jeunes filles et joyeux hipsters en tout genre. Qui est là pour la nostalgie du premier album ? Qui est là pour danser sur ses nouveaux tubes radio-friendly
21H : Mø est à l’heure et, entourée de ses acolytes qu’elle ne présentera pas, entame une série de chansons issues de No mythologies to follow. Les titres s’enchaînent, ponctués de remerciements sincères de l’artiste. Le public est conquis dès le début et ne s’y trompe pas : Mø a de la prestance et de la voix !
Car oui, Mø sait chanter et très bien même. Cela peut paraître bête à dire mais des chanteuses d’électro/pop avec un vrai coffre, ce n’est pas si courant. Oui c’est toi que je vise, Banks.

La danoise enchaîne donc ses compositions et semble honnêtement ravie d’être sur scène. Dansant de sa manière si particulière, se mêlant à la foule et poussant sa voix éraillée, Mø se livre entièrement à son public. Entre deux larsen (aïe aïe aïe), la chanteuse nous interprète ses nouvelles chansons, prémices de son deuxième album très attendu. Si on exclut Final song et Kamikaze, chansons résolument pop et musicalement assez pauvres, taillées pour le dance-floor, cela s’annonce plutôt bien.

Car oui, dernièrement Mø semble avoir cédé aux sirènes de la musique commerciale et nous fait des featuring avec Iggy Azaela  et Justin Bieber. Dieu merci, elle nous épargne ce dernier en nous proposant une version acoustique de leur collaboration. Et ça passe très bien avec sa voix rauque. Et sans JB bien sûr.
Ceci étant, ses nouvelles compositions ravissent le public et moi-même. Après tout, ses chansons sont faites pour danser et l’AB s’y donne à coeur joie ce soir.

De cette soirée, je retiens donc une artiste crédible en live, d’une complicité sincère et très proche de son public. Mø s’est même fendue d’une petite apparition après le concert sous les cris hystériques des fans. Plutôt sympa et assez rare pour être souligné.

Et en live, ça donne ça :

Elle arrive même à rendre les concerts des prix Nobel cools.

Son actualité ?

Avec ses derniers tubes, Mø a gagné en notoriété et se consacre –  à mon grand désarroi et à celui des fans de la première heure – à faire de la pop plus mainstream. Forte de son succès commercial, l‘artiste joue à présent dans la cour des grands quitte à céder aux chansons formatées…
Entre la nostalgie de son album aux samples recherchés et sa nouvelle pop bubblegum aux mélodies faciles, je lui souhaite quand même de trouver son chemin.

Allez reviens, Mø, reviens, on était bien.

Écoutez Mø :

Sur son site.
En libre écoute sur Deezer.

Merci à l’AB pour son invitation !

Tags from the story
Written By

Laura, 28 ans, 1m55. Titulaire d'un diplôme loufoque : Sciences des religions et de la laïcité. Ecrit des articles non moins loufoques pour Culture Remains. Nourrit une passion pour M.I.A, le Théâtre de Poche, son chat, Edgar Allan Poe et les plantes carnivores. A toutes fins utiles, sachez qu'elle est très facilement corruptible si on lui offre à boire et à manger.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *