Psy, féministe et convertie à l’islam

J’ai eu beaucoup d’appréhension lorsque j’ai ouvert ce livre. Déjà le titre me semblait un peu trop accrocheur: une femme psychologue, féministe et musulmane. Tout un programme donc!

Et bien évidemment la lecture du livre commence avec la préface, écrite par un franc-maçon ne lésinant pas sur les phrases poétiques mais un peu trop ‘dégoulinantes d’amour » à mon goût. J’aime les paroles poétiques, ce n’est pas le problème, mais quand ça dégouline ce n’est pas trop mon truc. Il voulait montrer son amour pour la personne qui a écrite le livre: Dominique Thewissen, c’est tout à son honneur, mais sa façon de faire ne m’a pas du tout touchée.

Mais concentrons-nous sur l’essentiel, le récit de Dominique Thewissen. Aïcha, de son nom musulman, est une personne qui n’a pas eu une enfance facile. Et c’est d’ailleurs pour cette raison qu’elle a voulu nous en faire part dans son livre. Afin de mieux comprendre sa vision des choses, et sa décision de se convertir à l’islam, il faut aussi comprendre son parcours. Entre un père absent, blessant, et une mère qui ne prend pas son rôle au sérieux, l’adolescente prend vite de mauvais chemins. Elle est même placée dans un centre pour délinquants à un moment donné. Très dur pour une jeune femme de se construire dans un tel environnement. Elle choisit donc le mariage avec un homme plus âgé pour s’enfuir de la maison familiale.
Vers 30 ans, c’est le divorce et la possibilité d’une nouvelle vie. Elle se marie alors avec un homme musulman. Et la découverte de sa religion. Elle y trouve alors un apaisement, un côté rassurant. Elle s’y convertit et ne s’en détourne plus à partir de ce moment.

Il est très intéressant de voir la vision de l’islam de cette femme. En effet, elle voit la beauté de cette religion en remettant en doute certains dogmes. Et elle va même jusqu’à demander à certains religieux une ouverture d’esprit notamment en ce qui concerne la vie de famille, la place de la femme.

Et par exemple la vision du mariage, acte très symbolique dans toutes les religions, notamment musulmane. Cela a pour effet que certaines femmes n’osent pas divorcer alors que la situation maritale devient vraiment insupportable. Aïcha va les soutenir, et les aider à voir ce qui est vraiment le meilleur pour ces femmes. Elle prouve donc qu’on peut remettre en cause certains faits sans pour autant remettre en cause la religion et sa foi.

Ce qui m’a aussi particulièrement touchée, c’est le combat d’Aïcha pour (re)donner à la religion musulmane une image positive. Je vous avoue que je suis totalement athée, et suis incapable de croire en l’existence d’un Dieu quel qu’il soit. Pourtant je respecte ceux qui ont la foi et qui surtout utilisent la religion comme un moyen de s’améliorer. C’est ce que cette psychologue fait, et pour cela je respecte son choix de vie. Elle remet aussi en question certains religieux musulmans et certaines pratiques.

C’est aussi le parcours d’une femme qui à travers différentes étapes de sa vie va apprendre à se connaître elle-même et à s’apaiser.

Par contre en ce qui concerne le livre lui-même, j’ai encore été déçue du fait de nombreuses coquilles notamment sur la quatrième de couverture. C’est vraiment dommage, car cela lui enlève sa crédibilité.

Psy, convertie à l’islam et féministe, Dominique Théwissen, broché, la boite à Pandore, 2015, p. 253, 17,90€

Tags from the story
Written By

Passionnée par l'écriture, j'ai fait des études de journalisme et me voilà maintenant journaliste freelance et rédactrice (c'est un peu comme une vie de saltimbanque avec de la déontologie et un peu de sérieux en plus!). Parfois aussi je prends ma caméra et j'arrive même à en faire des reportages.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *