Parcours d’un réenchanteur de ville

Le changement est dans l’R !, une collection des Ateliers Henry Dougier lancée il y a à peine quelques mois (nous vous en parlions) poursuit sur sa lancée en publiant à nouveau un petit livre qui privilégie la qualité à la quantité. Cette collection a pour but de rassembler des textes qui cherchent à « décrypter les frémissements du monde et [à] raconter ceux qui les provoquent ». Elle invite ses lecteurs à rêver, à résister, à reconstruire, etc. en s’inspirant d’expériences menées ailleurs aujourd’hui ou dans un proche passé. L’auteur de Réenchanteur de ville, Jean Blaise, le journaliste nantais Philippe Dossal connaît donc particulièrement bien le terrain de jeu de Jean Blaise, un directeur artistique particulièrement inventif. Après avoir dirigé plusieurs centres culturels, il crée en 1990 le Festival des Allumées, qui rassemble chaque année un grand nombre d’artistes venus du bout du monde avec leur propre imaginaire (Saint-Pétersbourg, Buenos Aires, Le Caire,…), pour quelques jours d’intense immersion. Suivent la création de plusieurs événements ou lieux ces vingt dernières années : le festival Fin de siècle, qui succède au précédent, pour atténuer la déception du public, le Lieu unique (une scène nationale créée dans une ancienne usine LU), Estuaire (qui met en lumière les rivages de la Loire jusqu’à Saint-Nazaire), mais aussi la Nuit blanche, à Paris, où il a joué un rôle important et qui a fait des émules partout dans le monde.

Ce livre permet de retracer avec rigueur (mais en laissant une place importante à l’émerveillement) le parcours peu commun d’un passionné d’art et de culture, toujours désireux de surprendre et de toucher le plus grand nombre. On en apprend plus sur l’homme, sur le renouveau culturel de Nantes et sur les nombreuses expérimentations qui ont marqué les esprits, au fil d’explications de l’auteur rythmées par de courts témoignages de différentes personnes qui ont travaillé de près avec lui, tels que Jean-Marc Ayrault, longtemps maire de Nantes, un urbaniste, un architecte et plusieurs de ses partenaires d’institutions culturelles. L’auteur n’a pas choisi la facilité : s’il parle d’un homme, il ne le célèbre pas ni ne l’enterre. Il préfère proposer une description fine des transformations à l’œuvre et lever voile sur la fabrication de projets qui parfois brillent, parfois échouent, mais pas faute de vision.

Écoutez Jean Blaise sur TV5Monde en 2012 :

Une petite interview bonus avec l’auteur, Philippe Dossal :

Comment vous est venue l’idée d’écrire un livre sur Jean Blaise ?

Il s’agit d’un livre de commande des éditions Henri Dougier, pour la collection « Le changement est dans l’R ». L’éditeur était intrigué par la métamorphose de Nantes et souhaitait mettre en lumière l’acteur méconnu de ce changement.

Pourquoi avoir choisi ce titre, « Réenchanteur de ville » ? Est-ce un livre sur un homme ou sur le renouveau d’une ville, voire même sur une transformation du rapport à la culture ?

C’est un titre que nous avons trouvé en commun (avec l’éditeur) autour du R qui singularise la collection. Mais ce n’est pas une hagiographie, plutôt un itinéraire, l’itinéraire de toute une équipe, qui a fini par influer sur la forme de la ville.

Qu’avez-vous voulu raconter et mettre en avant ?

J’ai voulu mettre en perspective le travail de Jean Blaise depuis son arrivée à Nantes, il y a plus de trente ans. Retracer son cheminement, expliquer les raisons pour lesquelles il s’est progressivement emparé de l’espace public. C’est le fruit d’une histoire complexe et d’une volonté farouche : aller au-devant du public plutôt que de l’enfermer dans des boîtes noires. Au fond, c’est la façon dont l’art et la culture ont infusé dans la ville sous son sourire narquois qui m’intéresse.

D’après vous, l’expérience nantaise peut-elle être reproduite (partout) ailleurs ? Et en a-t-elle vocation ?

Non. Cette aventure est le fruit d’une alchimie, d’une maturation, d’un rapport privilégié avec le maire de la ville, qui lui a permis d’expérimenter, de se tromper aussi, et qui lui a donné une grande liberté. Jean Blaise aurait pu s’imposer à Paris après la première Nuit Blanche, où il aurait été moins libre de ses mouvements. Mais il a préféré poursuivre son travail à Nantes.

Quels sont vos projets futurs ?

Plusieurs choses sur le feu. Un bouquin sur les paysages, pour lequel j’attends une réponse, un guide aussi. Et puis un projet plus personnel autour de la naissance de l’imprimerie.

Réenchanteur de ville, Jean Blaise, de Philippe Dossal, Ateliers Henry Dougier, 128 p., 12 €. ISBN : 979-10-93594-84-2.
Tags from the story
Written By

Je n'aime pas parler de moi. Ce qui ne devrait pas être un problème vu que c'est peu probable que vous vouliez lire sur ce sujet. Par contre, j'aime bien écrire sur tout ce qui suscite ma curiosité, m'amuse ou m'interpelle. Parfois aussi les trucs que j'aime pas, pour vous mettre en garde, ou vous effrayer. Dur à dire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *