Le phénomène Pokémon GO

Attrapez-les tous pour du « vrai »

Il fait un temps magnifique. Vous voulez évidemment en profiter – faut dire que c’est pas très fréquent dans nos contrées. Vous sortez donc de chez vous et commencez à marcher sur le trottoir. Et vous voyez que vous n’êtes pas le seul! Des centaines de personnes de tous âges déambulent dans les rues pour faire le plein de vitamine D.

Par contre, chose étrange, vous remarquez un nombre anormalement élevé de personnes dont les yeux sont rivés sur leur téléphone. Ok, on est au XXIème siècle et tout le monde est connecté, mais quand même. Puis, il y a plein de choses à voir, à écouter et à sentir autour de vous. Mais ces personnes n’ont vraiment pas l’air de s’y intéresser. En bon anthropologue (ou juste curieux), vous les observez un peu plus attentivement et vous voyez qu’ils se parlent en se montrant leurs écrans. Dernière photos de vacances, peut-être? Vous en voyez d’autres qui sont totalement à l’arrêt, concentrés, le visage tendu. Et là, vous entendez un gars qui crie « MEW!!!! » – prononcer « miou » – « Y A UN MEW ICI! ». Vous n’avez pas le temps d’envisager un diagnostic psychopathologique pour cet énergumène qu’une marée humaine converge vers lui au triple galop.

Qu’est-ce qui peut bien créer un tel mouvement de foule? Une star du cinéma? Un extra-terrestre? Une valise remplie d’argent? Non! Un pokémon, tout simplement! Et oui, Pokémon GO est arrivé sur nos smartphones androïd et iPhones

Reprenons depuis le début. Un pokémon (contraction de « pocket monster » ou monstre de poche) est une créature du jeu éponyme créé en 1996 – ça fait 20 ans – par Satoshi Tajiri pour la console portable Game Boy de Nintendo. Le but du jeu est d’attraper toutes ces bestioles, plus ou moins inspirées du monde réel, mais aussi de les faire combattre pour qu’ils progressent et évoluent. Le joueur suit un scénario à difficulté croissante qui aboutit à la consécration du joueur en tant que maître pokémon. D’autres objectifs sont venus agrémenter les multiples versions suivantes mais le but de base reste: Attrapez-les tous!. Et, accrochez-vous, il y en a à l’heure actuelle 721 disponibles. D’autres ont déjà été annoncés et arriveront en novembre sur Nintendo 3DS (Pokémon Soleil et Lune).

Les pokémons ont également été rendus populaires par le dessin animé (15 saisons et 19 films) suivant les aventures de Sacha Ketchum et de son ami bien connu, Pikachu. Sacha et ses amis croisent et capturent toutes sortes de pokémons, combattent de grands dresseurs et on peut dire qu’ils en voient du pays!

C’est bien beau tout ça, mais qu’est-ce que pokémon fait dans ma rue (et dans la vôtre aussi)? Et bien Niantic – société ayant réalisé un des premiers jeux à réalité augmentée (RA) sur GSM (Ingress) – et Nintendo se sont associés pour réaliser notre rêve à tous: devenir dresseur pokémon et, tout comme Sacha, sortir de chez soi mal habillé pour capturer toutes ces bébêtes.

Mais pratiquement, comment joue-t-on à Pokémon GO?

Après avoir installé la petite application, vous être connecté à Internet (attention à votre consommation 3G ou 4G) et avoir allumé votre GPS, vous pouvez enfin cliquer sur la pokéball. Là, un Xième professeur (Willow) vous explique les bases et vous propose de capturer votre premier pokémon: Bulbizarre, Carapuce ou Salamèche (il est également possible de capturer Pikachu si vous patientez). Vous vous apercevez alors que votre prochain meilleur ami se trouve dans votre salon, grâce à la RA. Le pokémon s’affiche sur votre téléphone, en 3D, avec votre environnement direct en arrière-plan. Vous pouvez aussi désactiver la RA pour épargner votre batterie (en haut à droite de l’écran). Ensuite, vous posez votre petit doigt potelé sur la pokéball, vous le glissez vers le pokémon et vous relachez pour la lancer. Et voilà, c’est fait! Vous avez capturé votre premier pokémon.

Maintenant, vous en voulez plus. Un pokémon ne vous suffit pas! Vous voulez tous les attraper! Et c’est là le coup de génie de Pokémon GO et de ses concepteurs, car, pour pouvoir tous les attraper, vous allez devoir sortir de chez vous et marcher, courir ou pédaler. Pokémon GO, le jeu qui vous pousse à faire de l’activité physique!

D’une part vous allez partir à la recherche de pokémons qui vont apparaître sur votre écran qui représente une carte (basée sur google maps) sur laquelle vous circulez. Vous allez « cliquer » sur la bébête (un autre point de vue se met en place) et la capturer à l’aide de pokéballs (pas besoin de les combattre au préalable), comme pour votre starter – les pokémons sortent parfois (souvent) de leurs balls et peuvent également s’enfuir. D’autre part, vous allez recevoir des pokémons sous la forme d’œufs. Pour les faire éclore, il va falloir les placer dans un incubateur et marcher 2, 5 ou 10 km (avec l’application allumée). Et ce qui en sort est une surprise!

Vous savez comment augmenter votre stock de pokémons. Mais vous allez vouloir les faire progresser et évoluer! Pour ça, vous devez amasser des bonbons (propre à chaque espèce) en capturant des pokémons du même types ou les transférant au Professeur (Adieu petite bête!) – vous devrez de toutes façons faire de la place pour en attraper d’autres. Le mécanisme d’évolution sur Pokémon GO est donc totalement différent de celui des jeux habituels. La poussière d’étoile vous permet de faire progresser vos pokémons mais il est déconseillé de le faire trop tôt car plus vous avancez, plus vous allez pouvoir capturer des pokémons puissants.

Et là, catastrophe. Vous avez passé votre journée à capturer des pokémons et plus une seule pokéball. Pas de panique! Les pokéstops sont là pour vous permettre de récupérer des ressources gratuitement. Ces petits points flottants bleus vous donnent des balls, des potions, des rappels et des œufs tant que vous avez de la place dans votre sac. En prime, ils nous cultivent un brin et nous font découvrir du pays car ils se trouvent sur des lieux culturels ou artistiques en règle générale.

Mais on ne peut pas combattre dans Pokémon GO? Bien sûr que si! Il vous faut toutefois attendre le niveau 5 et vous rendre dans des arènes. Vous allez devoir choisir parmi 3 équipes: bravoure (rouge), sagesse (bleu) et instinct (jaune). En gros, Gryffondor, Serdaigle et Poufsouffle (Serpentard serait pour l’infâme team Rocket – ou pas) pour ceux qui veulent faire un parallélisme avec Harry Potter. Ca ne change pas grand chose (pour le moment) mais quand on joue avec des potes, c’est plus sympa d’être dans la même équipe. Mettre votre pokémon dans une arène vous permettra de récupérer quelques pièces. Celles-ci vous permettent d’acheter des bonus dans la boutique. Vous pouvez aussi en acheter avec de l’argent réel mais ce n’est vraiment pas indispensable pour profiter du jeu.

Ces différentes activités (marche, capture, combat, pokéstop et transfert) vous font gagner de l’expérience et vous donnent accès à des niveaux supérieurs. L’intérêt? Avoir accès à des objets plus puissants (potion, super potion, hyper potion, max potion par exemple) et capturer des pokémons plus forts. Il existe actuellement 40 niveaux.

Voilà! Vous en savez un peu plus… Mais en fait, toujours pas grand chose. Le mieux pour se faire un avis, c’est encore d’essayer. Alors GO! Attrapez-les tous! Et bonne chasse…

Frequently Asked Questions et autres remarques

Dis… J’ai rien compris à ce que tu m’as raconté. C’est quoi Pokémon GO?

Et bien, ami.e lecteur.trice, je t’encourage à regarder les gens autour de toi et à demander à un joueur de t’expliquer comment ça marche. C’est encore le plus simple.

Mais Pokémon, c’est pour les gamins!

Oui et non. Les enfants peuvent évidemment y jouer (et vous mettre la pâtée) mais il faut gérer ses ressources (bonbons, pokéballs, poussière d’étoile, etc.), savoir quel type de pokémon est plus puissant qu’un autre (et il y a 17 types), quelles attaques sont plus puissantes… Bref, il y a pas mal de stratégie aussi dans ce jeu.

C’est vraiment stupide de sortir pour attraper des pokémons! C’est une grosse perte de temps.

Peut-être, mais au moins, ça fait sortir, marcher et on peut même rencontrer des gens! C’est un loisir comme un autre.

Non mais Pokémon GO, c’est un truc d’associaux, t’es toujours le nez sur ton écran.

Eh bien justement pas. On voit des parents jouer avec leurs enfants, on voit les chasseurs discuter entre eux et échanger des conseils. Maintenant, ce n’est pas le cas de tout le monde mais ce n’est sans doute pas dû au jeu.

Y a-t-il des points négatifs à ce jeu?

Oui, bien sûr! Plein! En voici 5:

  1. Le joueur doit faire face à pas mal d’incompréhension, voire à du mépris. Mais on s’y fait vite.
  2. Il y a encore, à l’heure actuelle, beaucoup de bugs à corriger (blocage d’application, serveur saturé, bug de la pokéball) mais le jeu est de plus en plus fluide et les mises à jour devraient remédier à cela.
  3. Certaines personnes mal intentionnées placent des leurres (un objet dans le jeu qui permet d’attirer les pokémons pour tous les joueurs à proximité) dans des endroits isolés où ces « membres de la Team Rocket » (ou racket ici) peuvent voler GSM, portefeuille et autres biens de valeur.
  4. Des accidents ont déjà eu lieu parce que certains joueurs étaient rivés sur leur téléphone. Ce n’est pas parce que c’est un jeu virtuel que le monde réel n’existe pas. Et le jeu nous le rappelle à chaque démarrage…
  5. Comme toute autre activité, elle peut prendre énormément de place dans la vie, au détriment du boulot, de l’école, de l’entourage… Ne plaquons en tous cas pas trop vite le terme « dépendance » sur un usage qui nous semble déviant. Privilégions la discussion et intéressons-nous à ce qui motive la personne à jouer!

Bon, une fois qu’on les a tous attrapés, c’est fini, non?

Non, loin de là. Il y a actuellement 151 pokémons (en théorie) qui peuvent être capturés et il en existe 721. Des mises à jour vont très probablement augmenter progressivement le nombre de pokémons capturables. Il existe aussi les arènes à capturer et à garder. On peut aussi vouloir renforcer son équipe en capturant des pokémons plus puissants.

De plus, les échanges entre dresseurs vont être implémentés, ainsi que les combats 1 contre 1. D’autres possibilités sont également envisagées, comme des liens entre Pokémon GO et les jeux sur Nintendo 3DS.

Si un gars crie « Y A UN MEW ICI! », qu’est-ce que je fais?

Ne bougez pas. C’est un méprisable animal qui veut vous donner un faux espoir. Plus sérieusement, certains pokémons légendaires ne sont pas encore trouvables: Sulfura, Artikodin, Electhor (les symboles des 3 teams), Mew et Mewtwo n’ont pas encore été rendus disponibles. Il se peut qu’ils le soient pour certains évènements, mais rien n’est moins sûr et il y a plein de théories à ce sujet.

Notez également que certains pokémons ne sont disponibles que sur certains continents: Mr. Mime en Europe, Tauros en Amérique, Canarticho en Asie et Kangourex en Australie.

Tags from the story
,
Written By

Psychologue clinicien multifacettes : recherche, pratique clinique et enseignement. J’ai la grande chance de pouvoir combiner ces 3 axes qui s’entrecroisent et se nourrissent les uns des autres. Je poursuis une thèse de doctorat sur le craving (désir intense) dans le domaine des addictions. Dans le même champs, je prends en charge des personnes souffrant de troubles liés à l’alcool, aux jeux de hasard et d’argent et à Internet. Et j’enseigne la psychologie clinique à l’Université Catholique de Louvain en tant qu’assistant. Mais il y a une vie en-dehors du boulot ! BDs, jeux de société, concerts, littérature SF et Fantastique… J’aime aussi les chats. Mais ne vous leurrez pas : le vôtre n’est jamais aussi parfait que le mien !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *