Phoenix

Phoenix raconte l’histoire de Nelly Lenz (Nina Hoss), une Juive allemande qui se bat pour accepter la perte de son identité suite à une importante opération de reconstruction faciale après l’Holocauste. Nelly part à la recherche de son mari, Johnny (Ronald Zehrfeld), mais est loin de s’attendre à ne pas reconnaître l’homme qu’elle a jadis aimé.

Le film se déroule en 1945 et le personnage principal est Nelly, la seule survivante d’une famille déportée à Auschwitz.  On voit un Berlin d’après-guerre où la population essaie de reprendre goût à la vie après les atrocités subies. Sous l’œil vigilant de sa bonne amie, Lene (Nina Kunzendorf), employée de l’Agence juive, Nelly se laisse entraîner dans une romance d’antan.

C’est un film plein de mystère et d’intrigues mais inévitablement teinté de tristesse. Non seulement à cause du thème du film, marquant le 70e anniversaire de la libération des camps et ainsi la fin de l’Holocauste, mais également car Johnny, le mari de Nelly, ne s’intéresse qu’aux 20 000 dollars d’héritage de la jeune femme. Il pense que Nelly est décédée, elle accepte donc d’endosser sa propre identité.

Nelly – « Je voulais retrouver Johnny, jour et nuit, et lorsque je l’ai retrouvé et qu’il ne m’a pas reconnue, c’était comme si je mourrais de nouveau. » 

PhoenixJohnny

Se servant de Nelly, qu’il ne reconnaît plus, Johnny lui dit qu’elle ressemble à sa défunte épouse. Il entreprend ensuite de l’entraîner à jouer son propre rôle en prévision du moment où elle sera réunie avec ses parents éloignés. Johnny scrute chacun de ses mouvements, ses vêtements, son maquillage, sa coiffure, son écriture, sa façon de marcher et même sa signature, lui disant que celle-ci n’est pas suffisamment bien imitée.

Nelly – « Quand il parle de Nelly, je deviens jalouse de moi-même (!) »

L’intrigue, basée sur le roman Le Retour des cendres d’Hubert Monteilhet, est non seulement incroyablement bien réfléchie, mais également extrêmement bien interprétée par les trois acteurs principaux, qui s’entendent bien à l’écran. La performance de Nina Hoss dans le rôle de Nelly trouve son point d’orgue avec son interprétation de la chanson Speak Low. Celle-ci joue un rôle important dans le film pour différentes raisons. Ce n’est pas seulement un signe de rébellion car l’emploi de l’anglais avait était réprimé durant les années de guerre, mais aussi un moment de prise de conscience pour Johnny.

Phoenix est sorti sur les écrans belges le 11 mars et est toujours diffusé dans plusieurs cinémas.

Traduit de l’article Phoenix écrit par Kyle Fenn

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *