Quand le bijou et l’intime sont inséparables

Martine Hermans-Frisvold fait partie de ces femmes qu’on n’oublie pas lorsqu’elles croisent notre chemin. Créatrice de bijoux, elle a fait ses études en Italie et ça se sent: ce côté classique, élégant et intemporel définit à merveille ses créations. Pourtant, elle a quelque chose en plus: une dimension symbolique, voire métaphysique qu’elle insère dans ses bijoux comme dans un écrin. Parce qu’un bijou reste un objet à part, qu’on se transmet de génération en génération, il représente déjà en soi quelque chose de très personnel, comme une intimité livrée à la vue de tous mais que personne ne peut déceler sans en connaître les codes. Comme un regard. Son achat nécessite réflexion et se fait lors de circonstances particulières. Comme un tatouage. Martine Hermans-Frisvold pousse cette idée encore plus loin, proposant des bijoux avec des empreintes de peau, de cicatrice, de nombril ou encore de téton. Ca ne se voit pas, mais le porteur le sait, comme un sourire après l’amour.
Partant de là, la créatrice ouvre le champs des possibles, permettant à chacun de s’approprier son bijou, ou de l’offrir à la personne à laquelle on voudrait donner un peu de soi. D’une grande délicatesse, elle accomplit à la main ses créations sur mesure, mais à un prix abordable, travaillant à la fois sur les plans psychologique et créatif. Une cicatrice comme une piqûre de rappel, un mamelon que l’on a perdu, immortaliser la peau en mouvement,… Pas étonnant qu’elle ait baptisé sa marque Skin&Soul. On retrouve également cette poésie et cette profondeur dans ses autres bijoux, feuilles et graines ramassées et trempées dans de l’or et de l’argent. Un clin d’oeil à l’Art Nouveau, avec la nature et la vie pendue à notre cou. Cette dimension humaine et de partage, Martine Hermans-Frisvold semble l’y laisser partout. L’espace dans lequel elle présente ses bijoux, dans le quartier du Châtelain à Ixelles, est lumineux et sobre, et sert de galerie d’art présentant le travail d’autres créateurs: bijoux, photos, sculptures…pourvu qu’il y ait une émotion et une recherche du beau. Elle donne également des cours de création de bijoux et invite des classes à venir voir son travail. Une belle adresse à garder à portée de main donc!
Skin&Soul – 121 rue Faider – 1050 Bruxelles.
Tags from the story
Written By

Attachée de presse bruxelloise, j’ai décidé de vous faire partager tout ce que je sais grâce à mon métier…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *