Soufi, mon amour

Soufi, mon amour est un spectacle né d’une lecture, celle du livre de l’écrivaine Elif Shafak. Christine Delmotte raconte avoir été happée dès les premières secondes lors de la lecture du roman. C’est à partir de ce ce coup de cœur littéraire qu’elle a décidé de monter Soufi, mon amour sur une scène de théâtre. Histoires d’amour, d’amitié, de spiritualité et quêtes, ce spectacle raconte les chemins de vie de différents personnages, d’hier et d’aujourd’hui, d’ici et d’ailleurs. Actuellement au Théâtre des Martyrs, Soufi, mon amour est un spectacle plein d’espoir.

Sur scène, une cuisine contemporaine, sept comédiens dans des costumes eux aussi contemporains et des lumières plutôt douces. La scénographie est sobre, presque un peu trop. Mais elle permet aux acteurs une liberté de mouvement et au message d’être mieux entendu.

Car Soufi, mon amour se révèle être une pièce porteuse d’un message très fort : celui d’aimer sans condition. En effet, la pièce évoque le soufisme, ce courant de l’Islam tourné vers l’amour. Soufi, mon amour est à la base un roman d’amour ; amour entre deux personnes, amour de Dieu, amour filial, charnel ou spirituel. Ainsi, le message est plein d’espoir et l’on assiste à de belles scènes d’amitié, qui sont pour moi les plus fortes. Il s’agit de scènes qui racontent la rencontre entre le poète Rûmi et le plus célèbre derviche du monde musulman, Shams de Tabriz.

Quelques scènes m’ont paru un peu artificielles à cause d’un jeu d’acteur qui se situe uniquement dans l’énergie, à la limite de l’hystérie parfois. A trop vouloir montrer l’engouement de ses personnages, Christine Delmotte nous les rend moins accessibles. C’est dommage car alors le lien se brise entre les personnages et nous, et le message se perd un peu au milieu de cette agitation.

Soufi, mon amour reste un spectacle intéressant, dans lequel il y a de beaux tableaux, de l’espoir et une grande douceur. Il me semble aussi que ce cette adaptation prend beaucoup de sens aujourd’hui et qu’il faut monter ce genre de spectacle. On ne le dira jamais assez : aimons-nous !

Soufi, mon amour
Jusqu’au 2 février  au Théâtre des Martyrs
Mise en scène : Christine DELMOTTE
Avec : Maroine Amimi, France Bastoen, Christophe Destexhe, Soufian El Boubsi, Fabrice Rodriguez, Laurent Tisseyre, Stéphanie Van Vyve

Tags from the story
Written By

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *