Turbulences

Turbulences est déjà la troisième BD publiée par Casterman dans la collection Sociorama, dirigée par Lisa Mandel (auteure de BD) et Yasmine Bouagga (sociologue). Cette collection, dont nous vous avons déjà parlé à l’occasion de la sortie de Chantier interdit au public et de La fabrique pornographique, permet à des bandes dessinées de s’ancrer profondément dans la réalité, en s’appuyant sur les résultats d’enquêtes sociologiques et en adaptant librement des livres qui les communiquaient (souvent dans un format ou dans un langage assez rébarbatifs). Séducteurs de rue est également parue récemment et, à la rentrée, ce sera au tour d’Encaissez ! (sur les caissières de supermarchés) et de La banlieue du 20h (qui explique comment les journaux télévisés façonnent une certaine image des banlieues françaises).

Turbulences - Extrait - Page 29Cette bande dessinée s’intéresse aux avions et lève tout particulièrement le voile sur ce qui s’y passe en coulisses, suivant au plus près le quotidien du personnel navigant. Parallèlement, on y suit Marion, monstrueusement angoissée par son voyage sur un vol Paris-São Paulo et persuadée que tout va mal se passer avec, sans doute, un crash à la clé. Mais pour le personnel navigant, c’est la routine, l’ennui et les situations à gérer qui les occupent. Loin du rêve que certains peuvent imaginer, on en apprend plus sur leurs conditions de travail (douleurs physiques, horaires compliqués, équipes qui changent constamment, difficultés à concilier vie privée et vie professionnelle,…) mais aussi sur la dégradation de celles-ci ou sur les inégalités entre travailleurs (qu’il s’agisse du statut ou du salaire, commandant de bord et hôtesse de l’air sont loin d’être logés à la même enseigne).

Avec beaucoup d’humour, Baptiste Virot a mis en cases et en bulles ce monde professionnel particulier en s’inspirant des analyses d’Anne Lambert. Ce passage dans les coulisses d’« Air Fonce » permet certes de mieux comprendre ce qu’il se passe dans un avion et donc d’être rassuré pour son prochain voyage (l’équipage est constitué de professionnels qui savent ce qu’ils font et y sont habitués, ce qui est plutôt rassurant)… mais permet aussi de jeter un regard sur tout ce qui fonctionne imparfaitement, voire assez mal. Derrière des sourires maîtrisés et calculés, que se cache-t-il réellement ? Peut-être que les véritables phobiques de l’avion préféreront ne pas ouvrir cette BD, à moins que la confrontation soit la meilleure solution ?

Turbulences - Extrait - Page 128Le dessin est peut-être le point faible de cet album. Très simple et parfois caricatural, il ne fait pas dans la dentelle et sert principalement de support à l’histoire plus qu’il vaudrait le détour par ses qualités propres et un travail poussé de recherche artistique. Sociorama continue d’offrir à ses lecteurs des bandes dessinées qui leur parlent parce qu’elles racontent nos vies en nous en apprenant plus sur des mondes pourtant méconnus. Turbulences est une lecture plaisante et à partager, même si elle décevra peut-être les puristes de la BD, qui regretteront les travers de son accessibilité.

Turbulences, de Baptiste Virot, Anne Lambert, Casterman, collection Sociorama, 12 €, 168 p. ISBN : 9782203095557.

Tags from the story
Written By

Je n'aime pas parler de moi. Ce qui ne devrait pas être un problème vu que c'est peu probable que vous vouliez lire sur ce sujet. Par contre, j'aime bien écrire sur tout ce qui suscite ma curiosité, m'amuse ou m'interpelle. Parfois aussi les trucs que j'aime pas, pour vous mettre en garde, ou vous effrayer. Dur à dire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *