Y’en a qui les mystifient, Matmatah fait son Antaology

À part (peut-être) ceux qui ont eu Alzheimer en prof d’histoire du rock, personne n’a oublié la carrière fantastique de la bande à Stan (Tristan Nirhouan), Sammy (Cédric Floc’h), Éric Digaire (Éric), Jean-François Paillard (Fañch) et Scholl (Benoît Fournier). Il y a vingt ans, Matmatah poussait ses premiers cris, sans doute déjà ravageurs, grattait leurs premiers accords. Vingt ans plus tard, séparé depuis sept longues années, le groupe revient avec un souvenir ému d’une période fastueuse du rock à la française et un double best-of qui réinvente un peu plus sa mythologie: Antaology.

Moi, Matmatah, je les ai connus sur le tard… sur la fin même. Un clip sur MCM et voilà que je me fendais… La Cerise. J’avais 15 ou 16 ans tout au plus et je découvrais ces Brestois au rock puissant et si éloquent. J’ai mis quelques années à les découvrir. A posteriori malheureusement, jamais je ne les verrais sur scène car l’arrêt est signé et consumé, mais dans la bonne humeur d’une « histoire très humaine » (comme l’appelle Tristan Nirhouan), et le dernier concert se fait dans une ambiance abrasive le 30 août 2008 à 22 h. Une date qui n’a l’air de rien mais fait irrémédiablement office de jalon pour bon nombre d’amateurs de rock à la française. Et à la bretonne. Sans doute aussi est-ce un soulagement pour les esprits bien-pensants rougissants à la vue des provocations d’un groupe à contre-culture… de cannabis notamment (le magnifique coffret dont il est question aujourd’hui revient notamment sur ce procès ubuesque pour incitation à la fumette).

« Si on reste ensemble
On s’égare
Qui se ressemble s’assemble
Puis se sépare
Si nos mains tremblent
C’est que c’est trop tard
Mieux vaut le faire avant septembre
Comme c’est bizarre

Alors faisons bande à part
Au risque de ne plus se décevoir
De ne plus broyer du noir
Au risque de bien finir l’histoire
Faisons bande à part
Au risque de réjouir les pavards
Mais de garder en mémoire
Qu’on a toujours été
Bande à part »

Bande à part, c’est le tout dernier ep du groupe, en 2008, la fin d’un chapitre de treize ans, quatre albums et une tripotée de concerts flamboyants et mémorables. Forcément, le titre Bande à part compte et il referme assez logiquement et méthodiquement le magnifique foutoir qu’est le premier cd de cette Antaology. Sur celui-là, il y a tous les tubes, les chansons marquantes, les coups de rein et ceux de la colère. Il y a forcément les racines bretonnes et quantités incroyables de sons pour vous faire danser: du plus célèbre Lambé An Dro aux très séduisantes Fille du Chat Noir, Emma, La Cerise. Puis L’Apologie forcément. Vingt titres mais combien de souvenirs. De nouveaux aussi, appelés à être construits par des titres précieux et inédits, Triceratops, notamment qui retrouve l’énergie que le groupe n’a en rien perdu. Sa verve non plus! 

Le voyage est vivifiant, c’est un retour aux sources, à la saveur du chouchen et d’un rock comme on n’en fait nulle part ailleurs. Puis, il y a ce deuxième cd, entre les raretés, des lives inédits et des sons plus crasse, plus rock, plus punk. Mais pas que: il y a ces demoiselles de Loctudy (en duo avec Les Goristes) qui fleure bon la tradition bretonne modernisée, puis cette reprise incroyable et quasi dylanienne de Video killed the radio star avec BJ Scott. Puis, entre autres curiosités, il y ce Cherry on the cake, liaison parfaite de La Cerise à sa version anglaise ou ce rap avec Svinkels sur Delhi m’appelle. Rayon plus fracassant, il y a Toujours un coin qui me rappelle de Mister Eddy transcendé par une force rock’n’roll irrépressible, une folie. Il y a également Sushi Bar avec un autre Brestois, Miossec, gueulard et bénéfique. Ce deuxième album, c’est tout ça et beaucoup plus à la fois, ne résumant qu’un peu, mais admirablement, la frénésie que Matmatah dégageait partout où il passait.

Et où il… passe. Car c’est l’un des tours de force de ce coffret dans sa version deluxe, il propose le son mais aussi l’image. Au travers, d’une part, de 60 pages retraçant les gros moments du groupe à travers les yeux et la plume d’Olivier Roubin et quelques-unes des meilleures photos auxquelles Matmatah a donné lieu, depuis la scène ou des backstages. Mais, la version deluxe se compose d’autre part de deux dvds contenant trois documents que tout fan (inconditionnel ou moins) se doit d’avoir. Pour y retrouver ce concert génial, cette guerre dans les travées d’une Olympia comme jamais dépravée et secouée. C’était en 2005, sous les caméras d’Arnaud Lopez. Et qu’est-ce qu’on envie ce public qui saute, se débat, lève les poings et est tout sourire face à ce groupe qui s’éclate.

Puis, il y a deux documentaires qui sentent le live à plein nez et sont composés par Thierry Robert. Jusqu’ici, ils étaient, eux aussi, restés inédits. Le premier, c’est Bande à part, 52 minutes dans les pas d’un groupe qui tire sa révérence dans la douleur mais aussi la sérénité. Ce film, c’est un hommage vibrant, à et par le groupe, à son équipe aussi, puis au public qui l’a suivi des années durant. Il n’y a pas de fausse modestie et c’est terriblement touchant, jusque dans la loge de la dernière fois où, après leur dernier concert, les musiciens rangent leurs armes sans un mot, dans le silence le plus complet, celui qui fait crier l’émotion.

Enfin, il y a cette parenthèse indienne faite en 2005 et qui reprend vie, dix ans après, dans Indian Tour. Un étape clé pour le groupe, un voyage qui a retourné Sammy, « pourtant, je pensais m’y être suffisamment préparé! ». Narré et romancé par les membres du groupe, le documentaire prend sa puissance dans l’expérience que fait le groupe là-bas. Là-bas où les concerts sont gratuits, où la musique fait bouger toute une métropole. Il n’y a plus de confort, il y a une route que l’on quitte puis l’inconnu, ce trépidant inconnu. Une vraie confrontation entre des hommes et une réalité, une épreuve de force et de difficulté. Les images sont fortes pour ce carnet de voyage et de concerts fort en anecdotes dans la vie de ce groupe incontournable et singulier, empreint de ses valeurs mais aussi mis à nu.

Bref, il y a de quoi faire avec ce coffret best-of qui échappe à la routine et propose réellement du neuf, de l’inédit, de l’aventure. Et Matmatah méritait bien ce baroud d’honneur. J’écrase une larme d’une nostalgie que je n’ai pas vraiment connue mais que j’ai revécue. C’est une information qu’on ne met plus au conditionnel, on les aime ces gars-là, et il semblerait bien que ce soit éternel. Gravé dans le roc…k.

Artiste: Matmatah

Titre: Antaology

Tracklist:

CD 1: 1. Tricératops, 2. Lambé An Dro, 3. La fille du Chat Noir, 4. Emma, 5. L’apologie, 6. Quelques sourires, 7. Archimède, 8. Abonnée absent, 9. Petite mort, 10. Gotta Go Now, 11. Au conditionnel,
12. Alzheimer, 13. Casì el silencio, 14. Le souvenir, 15. La cerise, 16. Et tourne le compteur, 17. Le festin de Bianca, 18. La serpeta del barrio, 19. Crépuscule dandy, 20. Bande à part

CD 2: 1. Les demoiselles de Loctudy (feat. Les Goristes), 2. Cherry on the Cake, 3. Ouache Away Your Mix, 4. Toujours un coin qui me rappelle, 5. Prologue, 6. Broke Lover, 7. Video Killed the Video Star (feat. Beverly Jo Scott), 8. Chanson du forçat, 9. Kerfautras (par l’Ensemble Matheus), 10. Delhi m’appelle (vs. Svinkels), 11. Radio edit (@ France Bleu Breizh Izel), 12. Trogdolyte (demo), 13. When I Get a Little Bit Drunk, 14. Les moutons (cuvée 97), 15. Lambé An Dro (cuvée 97), 16. Ya lo ha hecho (et tu dormais déjà), 17. Derrière ton dos (@ Vieilles charrues 2008), 18. Sushi bar (live feat. Miossec), 19. La fleur de l’âge (I Snor remix), 20. Quitter la route (demo) | 02:57

Produit par: La Ouache Production

Distribué par L’autre distribution

Prix: 19€50

Dans le coffret Deluxe: 

Livret de 60 pages + 2 DVD (Live à l’Olympia 2005 et Quitter la route/Bande à part) en vente exclusivement sur le site de Matmatah à 55€

Site: www.matmatah.com

Written By

Cultureux vorace et journaliste avide, je me promène entre découvertes et valeurs sûres, le plus souvent entre cinéma, musique et bandes dessinées mais tout est susceptible d'attirer mon attention :)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *